Mon chemin

Itinéraire d'un enfant gâté...

Je m’appelle Eric Weydert, je suis né à Aix en Provence en 1962.

J’ai eu la chance d’avoir des parents fabuleux.
Vous me direz, ils le sont tous.
Les miens, universitaires inséparables, auraient pu être Indiana Jones et Wonder Woman.
Papa était à la fois marin, plongeur spéléo, chasseur alpin, moniteur de ski, prof de géologie, incendiaire et casse-cou professionnel…
Maman assurait la logistique du bougre et de la tribu tout en participant à ses aventures avec le doux surnom de “s’en fout la mort”.
Dire que j’ai eu une belle enfance entre les calanques de Marseille, les Alpes et les voyages sur la planète est en dessous de la vérité !

Tout gamin j’ai trempouillé dans le conte autour d’un feu de camps pendant l’été à Ailefroide, au pied des Écrins en Oisans.
Tous les soirs pendant un bon mois, les  adultes racontaient là des histoires de montagnes  mais aussi de leurs voyages, de leurs guerres.
C’est peut-être à ce moment là que j’ai commencé à percevoir la magie de la chose, en particulier avec mon Grand-père Ernest Armand dit Nénesse qui tutoyait  les grand guides de montagne du moment.
D’autres montagnes, en Ariège dans un autre registre, ma Mémé Jeannette et la douceur des soirs d’été…

Puis il eu l’Afrique, le Gabon.
Indiana Papa y avait obtenu le Graal : un poste de Professeur d’Université.
Wonder Maman a exprimé toute sa capacité d’adaptation.
Nous vivions gabonais et non  coopérants.
Le Gabon, j’y suis né à l’age de 17 ans, au coeur de la grande Forêt Equatoriale avec des histoires venues du fond des temps et en découvrant Pink Floyd.
C’est là que j’ai construit mon adolescence en toute liberté.
Je n’en suis toujours pas sorti au grand dam de mon épouse qui a eu 3 ados à la maison dont un qui est resté au nid.
Et pendant tout ce temps et depuis toujours, la passion de l’Aviation, le rêve d’être un jour pilote, faire le Grand Vol.

Voila les fondements de mon existence, de mes expériences qui, complétés par une vie épanouie avec ma propre tribu, m’ont poussé il y a quelques années au hasard de rencontres, à raconter des histoires.

Il y a quinze ans, il y eu l’Ariège.
La rencontre de conteurs (Daniel, Olivier merci !) et l’apprentissage de l’art du conte avec Olivier De Robert.
L’envie d’aller plus loin, de progresser et surtout de partager.
L’envie de raconter avec mes mots, mes expériences.
L’envie de me servir de cette mémoire chaude pour me balader partout, pour embarquer tous le monde dans mon univers.
Et la découvert qu’on pouvait faire revivre certain avec délectation.

Un premier spectacle, des participations, une première parti avec l’ami Olivier, un premier festival à Saurat, puis d’autres…

Et puis voila…